Accueil

Livres des éditions JM

Livres d′autres éditeurs

Articles

Liens

Contact

Echtgeld AG Echtgeld AG
Einrappen - Johannes Müller Schweizer Geld
OrSuisse Depositum Helveticum
 


DeutschFran¸aisEnglish

Panier des achats: vide (0.00 CHF)
> Commander maintenant

Articles, auteurs


01.01.2009
Le respect de l’historie
Auteur: Hermann Meyer ( 1873 – 1940)

Dans ce jeu, l’État la plupart du temps déjà surendetté reste vainqueur. Il y a moins de dix ans, l’Allemagne en fut le principal exemple: en «détruisant» le Mark, elle dépréciait ses dettes et ses obligations. Les obligations de la dette publique de l’Allemagne s’évaporèrent et le grand nombre de prêts hypothécaires en fut victime. Dans le passée, la cédule hypothécaire était considérée comme particulièrement sûre contre toute perte; la déception engendrée par l’effondrement de ce patrimoine garanti était d’autant plus amère que le gage sous-jacent conservait en général toute sa valeur et augmentait même son revenu. Les caisses d’épargne, compagnies d’assurance et banques de crédit hypothécaire qui avaient investi leurs fonds dans des cédules hypothécaires ont été délestés de leur fortune en faveur des débiteurs. Ce fut la victoire de la contrainte monétaire publique illégale sur le droit civil et le bon sens.

Nous avons non seulement besoin d’exiger la garantie et le respect de clauses or dans le domaine des hypothèques, notre monnaie elle-même devrait être munie d’une clause d’or permanente. La monnaie ne devrait pas être un étalon-or seulement pendant les périodes fastes et faillir en cas d’urgence par le fait que l’État impose une monnaie-papier à une valeur nominale. Il ne faut pas suivre l’exemple d’autres États – la législation française est encore plus «nominaliste» que l’allemande. Au contraire, il faut suivre son propre modèle honnête: même en cas d’urgence et a fortiori, nos accords devraient être considérés comme des contrats basés sur l’or, les billets de banque et d’autres monnaies-papier ayant cours légal devraient être acceptés uniquement à leur juste valeur par rapport à l’or.

Cela exige un changement des mentalités, mais pas un amendement constitutionnel: car la Constitution ne dit nulle part que lors de «Situations d’urgence en temps de guerre» «l’obligation juridique d’accepter les billets de banque et tout autre monnaie similaire» entraînerait la modification des accords de crédit librement conclus sur la base du métal conformément à la loi sur la monnaie, elle ne dit pas non plus que celui qui a convenu d’un paiement devrait accepter quelque chose d’une valeur inférieure de ce qui était convenu.

> Table des matières

> Version d'imprimer Print
Pages: 1 · 2 · 3 · 4 · 5 · 6 · 7 · 8
© 2022 Edition Johannes Müller Sàrl | CH-3001 Berne |